• Ciska Girault

Dominant ou soumis? Méchant ou gentil ? Et si c'était autre chose ?

Mis à jour : 20 sept 2019

Chaque chien est unique, il a son propre tempérament, son propre passé, ses propres souvenirs… De ce fait, dans une situation donnée, il va réagir d’une certaine façon, alors qu’un autre chien réagira d’une autre façon.


Plusieurs phénomènes expliquent ces différences de réaction, pour une même situation, selon les individus.

L’une d’elles, que je trouve très intéressante, est la stratégie d’adaptation (coping style en anglais).


Dans une étude (Koolhaas et al., 1999), plusieurs espèces ont été étudiées (souris, rat, cochon, vache, poule, homme…) et deux grand type de stratégies d’adaptations ont été observé chez toutes ces espèces.


La stratégie d’adaptation, c’est un type de réponse comportementale et physiologique qu’un individu exprime face à un facteur de stress, et ce, de manière stable dans le temps et pour différentes situations.

C’est-à-dire qu’un individu va avoir tendance à exprimer toujours le même type de réaction face à un stress, tout au long de sa vie, même pour des situations différentes (même si, comme nous allons le voir, tous les individus sont capables d’apprendre, et donc de modifier leur comportement au long de la vie).


On distingue, d’une part, des animaux dit « proactifs » et, d’autre part, des animaux dits

« réactifs ». (Attention, ici le terme « réactif » n’a rien à voir avec les chiens dit « réactifs » vis-à-vis de leurs congénères ou d’humains)


Les animaux « proactifs »...

... vont avoir tendance à choisir la fuite ou l’agression (« Fight » et « Flight » dans les 3 F). D’un point de vue physiologique, c’est leur système nerveux orthosympathique qui va être beaucoup stimulé, ainsi qu'une grande production de noradrénaline. C’est-à-dire celui qui nous « active » et qui nous permet de bouger, fuir etc…

Au contraire, les animaux « réactifs » ...

... vont plutôt choisir la prudence et le retrait (« Freeze » dans les 3 F). Chez eux, ce sera le système nerveux parasympathique qui sera le plus actif, et une production d’adrénaline et de cortisol plus élevée. Ce système nerveux est celui qui a tendance à nous « freiner ».


La réaction qu’aura l’animal dans une situation de stress n’est donc pas une décision de sa part, mais c’est aussi tout son organisme qui l’influence.

Si on prend les espèces étudiées, cela se manifeste de plusieurs façons : lorsqu’un élément étranger entre sur le territoire des rats, les individus proactifs vont agresser ou tenter de fuir. Les individus réactifs vont tenter de se cacher. Lors de la castration chez les porcelets (aïe !), certains se débattent vivement (proactifs) tandis que d’autres vont se figer (réactifs). Ce qui est intéressant, c’est qu’à l’âge adulte, on retrouve ces mêmes différences chez les mêmes individus, pour d’autres situations.


Si je résume cette partie sur les porcelets : si le porcelet réagit vivement, se débat et se défend lorsque, à l’âge de quelques semaines, on le manipule, le retourne sur le dos etc…, on peut en déduire qu’il sera probablement plutôt du genre à réagir vivement à l’âge adulte ; à l’inverse un porcelet qui se fige sera probablement un cochon adulte qui se laissera plus facilement faire

Lorsque j’ai lu ça, cela m’a fortement fait penser au test de Campbell pour les chiots, afin de prédire les « dominants » et des « soumis ».

Si vous avez lu attentivement cet article, vous avez remarqué qu’à aucun moment la notion de hiérarchie ou de dominance n’intervient… Il ne s’agit que de réactions, d’hormones, de système nerveux… Pas d’intentions !





Et si « le chien dominant » ou « le chien soumis » n’était simplement que des chiens « proactifs » ou réactifs » ?

Nous prêtons sans doute de mauvaises intentions à nos meilleurs amis à quatre patte à tort… Qui plus est, la notion de dominance entre le chien et l’homme est maintenant réfutée par tous les scientifiques.


Comme je le disais plus haut, heureusement, un animal n’est pas voué à réagir indéfiniment de la même façon toute sa vie ! Il aura une tendance naturelle à choisir une certaine option, mais par apprentissage, il peut très bien modifier ses comportements.

Voici un apprentissage involontaire courant : votre chien est naturellement « réactif », il va plutôt se figer et subir. Vous devez lui traiter une otite douloureuse. Lorsqu’il reste sage : vous lui nettoyez l’oreille, ce qui est douloureux. S’il se met à bouger/fuir/agresser, vous ne pouvez plus nettoyer l’oreille, donc la douleur disparait. Le chien apprend donc que la meilleure solution ici n’est pas de se figer, mais de fuir ou d’agresser. Il a donc modifié son comportement par apprentissage.


L’apprentissage, c’est 24/24H et 7/7 jours, pas seulement au cours d’éducation ;)


Un chien qui agresse ou se défend n’est pas un chien plus « méchant » qu’un chien qui subit sans rien dire. Il n’est pas plus « dominant » non plus, il a juste une programmation différente dans son corps, et fait des apprentissages différents d’un chien « soumis ».

Acceptez votre chien tel qu’il est, sans lui prêter d’intentions qu’il n’a pas, et favorisez les apprentissages qui lui permettent d’être agréable, tolérant et facile à manipuler !



KOOLHAAS, J. M., KORTE, S. M., DE BOER, S. F., VAN DER VEGT, B. J., VAN REENEN, C. G., HOPSTER, H., DE JONG, I. C., RUIS, M. A. W. et BLOKHUIS, H. J., 1999. Coping styles in animals: current status in behavior and stress-physiology. Neuroscience & Biobehavioral Reviews. 1999. Vol. 23, n° 7, pp. 925–935.

Zen-O-Vet

Dr. Vétérinaire Ciska GIRAULT

mail: cg.zenovet@gmail.com

tel: 0695100276

Toulouse

  • w-facebook