• Ciska Girault

Coopératif ou cassé ? La détresse acquise

Mis à jour : 20 sept. 2019

... Ou l’impuissance apprise – learned helplessness en anglais

La détresse acquise, impuissance apprise ou learned helplessness


Pourquoi ne pas utiliser la punition pour apprendre à un animal à se tenir tranquille pendant qu’on lui fait des soins ?

Pourquoi s’ennuyer à vouloir leur coopération, ne suffit-il pas d’avoir leur soumission ?


C’est une question que l’on peut se poser, surtout si l’on considère que l’animal ne doit pas nous obéir seulement pour la nourriture.

Une partie de la réponse s’appelle l’impuissance apprise.


Que se passe-t-il quand on dompte un grand fauve, un mustang sauvage, ou un ours de spectacle ? Le plus souvent, lorsqu’on parle de domptage, voire de dressage, il s’agit d’induire un état d’impuissance apprise chez l’animal concerné.

On commence par le placer dans une situation désagréable (violence physique et/ou psychique, comme de la peur). L’animal va naturellement essayer de s’y soustraire : il va fuir, se défendre, agresser, ou tenter bien d’autres alternatives. Mais il va se rendre compte qu’aucune de ses actions ne permet de modifier la situation : le calvaire continue malgré tout. Petit à petit, apprenant qu’il n’a aucun contrôle sur la situation, il va cesser d’essayer de s’y soustraire : il est en état d’impuissance apprise.


Il s’agit d’un état de profonde dépression

C’est l’antithèse du bien-être et du respect de l’animal.

Forcer un animal à ne pas réagir lorsqu’il est stressé et/ou perçoit une douleur, c’est l’entrainer vers l’impuissance apprise. La seule autre solution est d’avoir sa confiance et sa coopération.


Cela peut aller très loin… Si par exemple un chien se trouve dans une situation où il reçoit des chocs électriques sans pouvoir y échapper pendant un certain temps, puis qu’on lui laisse ensuite la possibilité d’y échapper (et sortant d’une cage par exemple) : le chien, en état en détresse acquise, est incapable d’essayer de s’échapper et reste à l’endroit où il reçoit les chocs électriques.

Au contraire, n’importe quel chien se serait immédiatement échappé de la cage. De plus, ces chiens, s’ils sont placé dans une autre situation, vont rester dans cet état de détresse acquise, et continuer à subir la douleur, le stress ou la peur sans fuir ni se rebeller.

(Seligman et Overmier, 1967 ; Seligman et Maier, 1967)


Cet exemple est terrible, certes... Mais combien de chiens ou de chevaux subissent ça quotidiennement, au XXIe siècle, sous nos yeux, dans le silence le plus total ?


Voilà pourquoi nous utilisons le renforcement positif et la coopération de l’animal. Non seulement il s’agit pour eux d’un exercice gratifiant, mais en plus il permet de diminuer le stress des manipulations, et donc d’augmenter le bien-être.






OVERMIER, J. Bruce et SELIGMAN, Martin E. Effects of inescapable shock upon subsequent escape and avoidance responding. Journal of comparative and physiological psychology, 1967, vol. 63, no 1, p. 28.

SELIGMAN, Martin E. et MAIER, Steven F. Failure to escape traumatic shock. Journal of experimental psychology, 1967, vol. 74, no 1, p. 1.

Zen-O-Vet

Dr. Vétérinaire Ciska GIRAULT

mail: cg.zenovet@gmail.com

tel: 0695100276

Toulouse

  • w-facebook