• Ciska Girault

Savez vous vraiment utiliser la récompense ?

Mis à jour : sept. 7

Maintenant que vous savez quelle récompense utiliser pour votre chien… Il va falloir l’utiliser correctement !


En effet, l’utilisation de la récompense est un outil, et comme tous les outils, l’utilisation peut être bonne… ou mauvaise !! Le problème, si problème il y a, ne vient pas de l’outil lui-même, mais de celui qui l’utilise… Donc le propriétaire, en l’occurrence… Vous ! ;)


Comment marche donc cet outil ? Outil merveilleux, mais qui peut être source de certains problèmes… Qui donnent parfois une bien mauvaise réputation à la récompense, et surtout quand on parle de récompense alimentaire !

- Il va devenir obèse
- Il n’obéit que pour la friandise alors qu’il doit obéir pour nous faire plaisir
- Si on arrête de récompenser il va arrêter d’obéir

… Je me suis amusée à décortiquer toutes ces idées reçues dans cet article (à venir)!


L’énorme majorité de ces idées reçues sont due à une mauvaise utilisation de la récompense.


Alors, quelle est la bonne utilisation ?





Il n’existe (toujours pas) de recette miracle, donc, une fois de plus, il va d’abord falloir comprendre comment ça marche.

Comme je l’ai déjà expliqué ici, la récompense est quelque chose qui fait plaisir au chien (et pas à vous !) à l’instant T. Or chez le chien, Disney n’existe pas, donc il n’y a pas de « bien » et de « mal ». Par contre, il y a « des choses qui me font du bien » et « des choses qui me font du mal ». Et, bien entendu, le chien n’est pas stupide (ça, vous le saviez !!), il va donc rechercher « les choses qui font du bien » et éviter « les choses qui font du mal » (comme… tout le monde, en fait) !

Le chien, qui n’est toujours pas stupide, a une mémoire ! Il est tout à faire capable de mémoriser des éléments qui se produisent en même temps, juste après ou juste avant.


Exemple :

Médor entend le son du paquet de croquettes. Juste après, il reçoit sa gamelle (miam miam ! ça lui plaisir, c’est donc une sorte de récompense). Très rapidement, il va anticiper l’arrivée de la gamelle juste en entendant le son du paquet de croquettes, et il va apprécier ce son, annonciateur de bonnes choses. Il a associé un son « neutre » (le bruit du paquet de croquette) à quelque chose d’agréable (manger). C’est grosso modo ce qu’on appelle le conditionnement classique (ou « de Pavlov »).


Kiki va chez le vétérinaire pour la première fois, il sent toutes ces odeurs inhabituelles, ces bruits inhabituels… Et une fois sur la table de consultation, on lui sert la meilleure pâtée du monde, puis un jouet extraordinaire… Il va associer la clinique vétérinaire avec un endroit merveilleux et sera raaaavi d’y retourner !!!

Quoi ? Comment ça ? Mon exemple n’est pas représentatif vous dites ?? Et pourtant, ça devrait !! Si ce n’est pas le cas pour vous, alors il est temps de se lancer dans le medical training ! ;)


Le chien, en plus d’avoir une mémoire et d’être capable d’associer plusieurs éléments entre eux, peut aussi apprendre… les conséquences de ses actes !

Reprenons Médor:

Médor a faaaaaaaim !!! Médor est tellement impatient qu’il va sauter sur son propriétaire pour essayer d’atteindre le sandwich qu’il a dans la main. Son propriétaire, voyant que Médor a faim, partage avec lui son sandwich. Qu'en conclue Médor ? : « Tiens ! Sauter sur les gens est une bonne solution pour avoir la nourriture qu’ils ont dans la main ! Je vais recommencer ! »


Kiki est maintenant en promenade, il aboie parce qu’il est excité, il attend qu’on lui lance le bâton. Excédé, son propriétaire le lui lance, parce qu’alors il se tait enfin ! Qu'en déduit Kiki ? : « Tiens donc, quand j’aboie plus fort que d’habitude, on me lance le bâton ! Allez, je vais continuer à aboyer encore plus fort, parce que j’ai très envie qu’on me lance le bâton ! »


Dans ces deux cas, Kiki et Médor ont associé leur action à une conséquence. Dans ces deux cas, les conséquences sont positives pour eux (donc… des récompenses !), donc Kiki et Médor vont être tentés de recommencer cette action. Ce mécanisme s’appelle le conditionnement opérant (ou « de Skinner »). A l’inverse, si la conséquence avait été désagréable pour eux, ils auraient plutôt évité de recommencer cette action (donc… c’est une punition !).


En résumé :

- Si le chien va plutôt recommencer une action, c’est parce qu’elle lui a apporté quelque chose de positif (ou… parce qu’elle lui a évité quelque chose de négatif !). On appelle ça un renforcement.

- Si le chien va plutôt éviter une action, c’est parce qu’elle lui a apporté quelque chose de négatif (ou… parce qu’elle lui a retiré quelque chose de positif !). On appelle ça une punition… Mais ce n’est pas le sujet de cet article. (Par contre ici, oui !)

- Si votre chien continue un comportement, c’est qu’il a été « récompensé » d’une manière ou d’une autre, même si vous pensez l’avoir puni !

- Si votre chien arrête un comportement, c’est qu’il a été puni d’une manière ou d’une autre, même si vous pensez l’avoir récompensé !



Comme vous pouvez le constater, le chien n’attend pas un cours d’éducation pour apprendre. Il apprend tout au long de la journée, toute la semaine, que vous le vouliez ou non ! Vous avez donc tout intérêt à faire en sorte que votre chien soit récompensé pour des choses que vous voulez voir se reproduire, mais pas pour des comportements que vous voulez voir disparaître ! Il ne sert donc à rien de diaboliser le conditionnement, en effet, il se produit en permanence, parce que c’est l’un des mécanismes de l’apprentissage… que vous le vouliez ou non !


Un ordre ?

Dans son immense intelligence, le chien peut, évidemment, comprendre qu’une action ne va avoir une conséquence que lorsqu’elle est précédée d’un signal particulier !

Loulou apprend le « assis » : Il a remarqué que si son propriétaire lui dit « assis » et qu’il pose ses fesses au sol, alors il a une récompense. « Chouette, on recommence ! Mais… Tiens, ça ne marche que s’il a dit « assis » avant. Si je m’assois n’importe quand dans la journée, ça ne marche pas… »

Loulou a donc appris qu’il est très intéressant de faire cette action (poser les fesses au sol) lorsqu’il entend le signal « assis », parce que cela apporte quelque chose d’agréable.


Ici, on associe la récompense à l’exécution d’un ordre. Ca, on y pense souvent. Mais... cela ne représente qu’une infime partie du temps… La majorité du temps, le chien fait des choses, qui ont des conséquences, même si vous ne lui avez rien demandé. Et ça, ça représente un énorme potentiel d’apprentissage ! Votre chien vous regarde en promenade alors que n’avez rien dit ? Récompensez-le ! Votre chien se calme enfin à la maison et arrête de faire des bêtises ? Récompensez-le ! Votre chien regarde une voiture passer sans aboyer ? Récompensez-le !

Tout cela sera infiniment plus efficace que 5h de cours passés en club canin à faire du "assis couché pas bouger" (ce qui ne veut pas dire que c'est inutile pour autant).


Maintenant, on reprend Kiki (qui aboie pour son bâton)… :


- Situation 1 : on arrête de lui lancer le bâton quand il aboie. Il va donc aboyer longtemps… puis à un moment donné (qui peut être long…), il va se lasser et arrêter d’aboyer. « Ça ne sert plus à rien que j’aboie, le bâton n’est plus jamais lancé… j’arrête »… ouf pour nos oreilles !

C’est… La loi d’extinction ! Si l’action n’est plus jamais suivi de sa conséquence alors… Le chien apprend à ne plus persévérer à reproduire l’action, puisqu’elle est devenue inutile !


- Situation 2 : En réalité, le propriétaire de Kiki n’as pas été très patient, après avoir attendu 10 minutes que Kiki se taise, il a craqué et il a lancé le bâton… Qu’en a pensé Kiki ? « Ah OK, je comprends ! Il suffit d’aboyer suffisamment longtemps pour qu’il finisse par lancer le bâton ! Bon, la prochaine fois j’aboie pendant 15 minutes alors ! »

Que s’est-il passé dans la situation 2 ? Le propriétaire de Kiki a fait une récompense aléatoire. Il a involontairement appris à Kiki que c’était intéressant de persister à faire ce comportement, même en l’absence de récompense… Parce que ça arrive quand même de temps en temps.


Et Loulou (qui apprend le "assis")? Loulou, lui, a été récompensé à chaque fois qu’il a posé ses fesses suite au signal « assis ». Très très vite, il a compris le principe. Comme Loulou a appris si vite, son propriétaire décide d’arrêter de le récompenser (hé oui… on ne va pas le récompenser toute sa vie non ?!). Que se passe-t-il ? Vous avez bien suivi ? La même chose que pour la situation 1 de Kiki ! La loi de l’extinction ! Donc, Loulou va rapidement arrêter de produire cette action, puisqu’elle n’a plus aucun effet.

Mince alors… que pourrait-on faire ?

Mais oui, vous avez deviné… la situation 2 ! Une fois que Loulou a compris le principe, on va récompenser aléatoirement, comme ça, Loulou va persister à produire ce comportement dans le temps, même s’il n’est pas toujours récompensé. Et petit à petit, on va le récompenser de plus en plus rarement (mais toujours de temps en temps, pour garder sa motivation. Et puis, il l’a bien mérité non ?).


Le propriétaire de Médor (qui saute pour avoir un sandwich), lui, après avoir compris son erreur, a décidé de ne donner un morceau de sandwich qu’il a dans sa main à son chien uniquement lorsque Médor était assis (malin ! Comme ça Médor ne saute plus pour avoir le sandwich). Il l’a même associé au mot « assis » tant qu’à faire. Parfois, quand il a un sandwich avec lui, il récompense Médor pour s’être assis. Par contre, quand il n’a pas de sandwich, il ne récompense pas Médor pour s’être assis.

Est-ce une récompense aléatoire ? Est-ce que cela va fonctionner ?

… Non !

Pourquoi ?


Parce que Médor n’est pas bête ! Médor a compris:

- Le signal « Assis AVEC sandwich à la main » = récompense

- Le signal « Assis SANS sandwich à la main » = rien du tout

Donc, Médor ne va s’assoir que si on propriétaire a un sandwich à la main

C'est exactement ce qui se passe quand un chien "n'obéit que si on a une friandise à la main". Le chien n'a pas de mauvaise foi, il a appris ce qui vous lui avez appris. Et votre insu, vous avez appris à votre chien à n'obéir qu'avec le signal "j'ai des friandises sur moi".


Comment faire alors ? Récompenser son chien pour s’être même quand on n’a pas de friandise à la main (friandise cachée, posée un peu plus loin, récompenser autrement), et ne pas toujours récompenser son chien même quand on a une friandise à la main (cf récompense aléatoire). Alors, la présence ou non de la récompense sur le propriétaire n’est plus un signal pour le chien !


Et… Que l’on soit bien clair, si on récompense son chien :

- Avec le conditionnement classique, on peut modifier positivement la perception qu’il a d’un élément. L’élément va être associé à quelque chose d’agréable et de positif (et donc, va plutôt influencer positivement son état émotionnel)

- Avec le conditionnement opérant, on peut augmenter sa motivation à reproduire un comportement… Mais pas une émotion !

Donc, il est impossible d’augmenter de la peur avec une récompense ! Qu’on se le dise ! La seule chose qu’on peut renforcer avec une récompense, c’est… le comportement, pas l’émotion.


Allez, un petit récap :

- Votre chien apprend 24/24h, 7/7 jours. L’éducation, c’est donc 24/24h, 7/7 jours ! Si vous pensez éduquer votre chien avec des séances d’une heure par semaine, de 5 min par jour, ou même de 1h par jour… Ça ne marchera pas !

- Il est indispensable de comprendre et repérer à quel moment vous êtes en train de récompenser votre chien (même involontairement !) et pour quoi.

- Si vous récompensez votre chien, il va reproduire un comportement de plus en plus.

- Si vous récompensez votre chien mais que le comportement diminue, alors… ce n’était pas une récompense pour votre chien!

- La fréquence et la nature de votre récompense va influencer le comportement de votre chien

- L’utilisation de la récompense pour favoriser l’émergence et la persévérance d’un comportement n’est en aucun cas synonyme de laxisme. Elle n’est pas non synonyme de l’absence de punition, comme expliqué ici.


L’utilisation de la récompense n’est qu’un outil… A vous d’être sûr de bien savoir l’utiliser !

Zen-O-Vet

Dr. Vétérinaire Ciska GIRAULT

mail: cg.zenovet@gmail.com

tel: 0695100276

Toulouse

  • w-facebook